Accueil |  Présentation  | Qui sommes-nous ?  | Charte éditoriale  | Nous contacter  | Partenaires  | Amis  | Plan du site  | Proposer un contenu

Suivre Liens socio

Mail Twitter RSS

Votre Liens socio

Liens Socio ?
C'est le portail d'information des sciences sociales francophones... Abonnez-vous !


Suicide, travail, famille : l’effet de la classe, de l’âge et du genre

Une conférence de Christian Baudelot, Lyon, GRS, vendredi 14 octobre 2005, 9h30

publié le vendredi 23 septembre 2005

Domaine : Sociologie

Sujets : Genre , Jeunesse , Stratification sociale , Age

      {mini}

L’intervention de Christian Baudelot comportera deux volets : le genre et l’âge.

Genre et classe sociale : Impossible aujourd’hui de définir les classes sociales, de les étudier ou de les décrire dans les rapports qu’elles entretiennent entre elles sans tenir compte des femmes. Une conception viro centrique des classes sociales essentiellement définies par la profession ou la position sociale de l’homme a longtemps prévalu, relayée par les nomenclatures de l’Insee qui accordait au chef de ménage puis à la personne de référence (l’homme, toujours l’homme), le rôle décisif. Or, les couples sont aujourd’hui majoritairement constitués de deux personnes actives, ces personnes n’appartenant pas toujours à la même catégorie sociale. La catégorie la plus féminisée, celle des employés, est aussi celle où l’exogamie est la plus forte. La prise en compte de cette dimension transforme considérablement la vision qu’on peut se faire des classes sociales.

Quant à l’âge, on en étudiera les effets à propos du suicide. Parmi toutes les transformations qui ont affecté le régime du suicide depuis deux siècles, la plus spectaculaire concerne l’âge. Le dernier quart du vingtième a bouleversé une relation que plus de 150 ans de statistiques mondiales avait incité à considérer comme une donnée universelle : la croissance régulière du taux de suicide avec l’âge. Depuis le début du 19ème siècle et dans la quasi-totalité des pays disposant de statistiques, la tendance ne souffrait aucune exception. Les jeunes mettaient peu fin à leurs jours, tandis que l’âge venant, la proportion de personnes passant à l’acte augmentait selon un profil quasi linéaire. S’imposant à tous avec la force d’une évidence naturelle, la relation appelait peu de commentaires. Elle était si simple et si universelle qu’elle devenait transparente. Alors même que les écarts qu’il observait entre les suicides des plus jeunes et des plus vieux dépassait largement en amplitude tous ceux qu’il constatait en matière d’état civil, de religion ou d’urbanisation, Emile Durkheim ne considère jamais l’âge comme une variable sociale à part entière. Il voit seulement dans la croissance du suicide avec l’âge une confirmation supplémentaire du caractère social du phénomène : les chances de se suicider augmentant avec le temps passé en société, c’est bien dans la vie sociale et dans les effets à long terme de son action sur les individus qu’il faut chercher les causes du suicide, et non dans la nature ou la biologie. "Comment, dès lors, attribuer à l’hérédité une tendance qui n’apparaît que chez l’adulte et qui, à partir de ce moment prend toujours plus de force à mesure que l’homme avance dans l’existence ?"

Et puis, voilà qu’au cours des années 1970, cette belle institution vieille d’un siècle et demi se dérègle brutalement sous les coups d’un double mouvement : le suicide des jeunes augmente, celui des personnes âgées diminue. Les deux phénomènes surviennent au même moment ; ils sont étroitement liés et doivent être analysés ensemble. Comment l’expliquer ? Se creuse-t-il aujourd’hui entre jeunes et vieux un fossé qui sépare ceux qui cumulent les attributs majeurs de la puissance sociale, et ceux qui concentrent sur leurs têtes la majorité des handicaps ???

Voilà au moins deux sujets de discussion qui devraient susciter un débat intéressant....

Note de la rédaction

- Date : Vendredi 14 octobre 2005 - 9h30 à 12h30
- Lieu : ISH - Salle Marc Bloch - 4e étage - 14 Avenue Berthelot - LYON

Un site à visiter

À lire aussi dans la rubrique "Rencontres"

Débat, Paris, Cenquatre, samedi 12 juin 2010, 18h30
Conférence, Lyon, ENS, mardi 27 avril 2010, 18h-20h

À lire sur les mêmes sujets...

Genre

Un ouvrage de Fabrice Virgili et Danièle Voldman (Payot & Rivages, Coll "Histoire Payot, 2011)
Sous la direction de Daniel Welzer-Lang et Chantal Zaouche Gaudron (Erès, 2011)
Une réédition de l’ouvrage de Margaret Maruani (La découverte, Coll "Repères", 2011)

Jeunesse

Un numéro de la revue Agora. Débats/Jeunesses (L’Harmattan, INJEP, N° 56, 2010/3)
Un dossier de la revue "Agora débats/jeunesses" (L’Harmattan, Injep, N° 57, 2011)
Un ouvrage d’Elise Tenret (La documentation française, Coll. "Etudes et recherches - OVE", 2011)
Un ouvrage sous la direction de Sylvie Octobre (DEPS, Questions de culture, 2010)

Stratification sociale

Un ouvrage de Florence Bouillon (Editions Rue d’Ulm, Coll " La rue ? Parlons-en !", 2011)
Un ouvrage de Christian Corouge et Michel Pialoux (Agone, Coll "Mémoires sociales", 2011)
Un ouvrage sous la direction de Paul Bouffartigue, Charles Gadéa et Sophie Pochic (Armand Colin, Armand Colin / Recherches, 2011)
Sous la direction de Alain Degenne, Catherine Marry et Stéphane Moulin (PU Laval, coll. "Société et Population", 2011)

Age

Un numéro de la revue Le Sociographe (IRTS, N° 35, Mai 2011)
Un numéro de la revue Enfances, Familles, Générations (N°13, 2010)
Un ouvrage coordonné par Véronique Bedin (Editions Sciences Humaines, 2009)
Un numéro de la "Revue de l’Institut de sociologie" sous la direction de Thibauld Moulaert et Madeleine Moulin (2009)

Partenaires

Mentions légales

© Liens Socio 2001-2011 - Mentions légales - Réalisé avec Spip.

Accueil |  Présentation  | Qui sommes-nous ?  | Charte éditoriale  | Nous contacter  | Partenaires  | Amis  | Plan du site  | Proposer un contenu