Article publié le mardi 30 juin 2009 dans



Retrouvez cet article en ligne :
http://www.liens-socio.org/Geographie-du-masculin


Géographie du masculin

Appel à contributions pour un numéro spécial de la revue "Géographie et cultures"


Dans la foulée des genders’studies s’est développée dans les pays anglo-saxons une géographie du genre (Revue Gender, place and culture, L. McDowell et J.-P. Sharp, 1999) qui interroge une conception androcentrique de la géographie en s’attachant à déconstruire la naturalisation sexuée des espaces et les interprétations qui en découlent (Revue Géographie et Cultures n°54). Aller plus loin dans l’utopie féministe et dans les ouvertures épistémologiques qu’elle suggère (J. Butler, D. Haraway) passe probablement aussi par l’étape d’une « anthropologie du masculin » associant les chercheur.e.s hommes et femmes.

Ce dossier de Géographie et cultures s’interrogera dans un premier temps sur l’histoire de la construction androcentrique de la géographie. Quelle lecture est-il possible de faire dans cette construction du savoir du géographe masculin ? On pourra s’interroger sur la description sexuée des espaces, sur le rapport exotisme/érotisme et pouvoir/sexe en tant qu’ils sont opérateurs de la construction d’un savoir scientifique spécifiquement masculin.

Dans un deuxième temps on examinera ce que la géographie du masculin peut dire de la sexuation des espaces. Les variations culturelles du masculin seront examinées notamment lorsqu’elles différencient fortement des espaces mixtes ou au contraire monosexués, à différentes saisons et heures de la journée (on pense en particulier à l’aspect de la ville la nuit, aux équipements sportifs, aux rues et quartiers « de plaisirs » érotiques pour les hommes et fortement anxiogènes pour les femmes etc.).

Dans un troisième temps on envisagera les espaces utopiques où la masculinité se transforme et expérimente d’autres formes de rapports sociaux : des approches européennes ou mondiales marquant des différences sensibles des rapports entre espaces et masculinités seront également appréciées si elles permettent de relativiser une trop grande ethnocentricité du propos.

Ces approches ne sont pas exhaustives et toute proposition pouvant apporter une contribution au rapport entre géographie et masculin seront examinées avec attention.

Les textes d’environ 35000 signes, cartes et figures comprises, doivent être envoyés avant le 1° novembre à Yves Raibaud, responsable du numéro spécial, y.raibaud@ades.cnrs.fr ainsi qu’à la directrice de la revue, Francine Barthe
revue.geographie.cultures@gmail.com