Article publié le samedi 27 octobre 2007 dans



Retrouvez cet article en ligne :
http://www.liens-socio.org/Durkheim-Mauss-les-PUF-et-le-lien


Durkheim, Mauss, les PUF et le lien social

La collection "Quadrige" réédite quatre grands classiques, avec des introductions inédites de Serge Paugam, François Dubet et Florence Weber


La notion de lien social est devenue courante. Il n’est pas rare d’entendre parler de crise du lien socal et de la nécessité de retisser ou de renouer le lien social. La notion de lien social est en réalité inséparable de la conscience que les sociétés ont d’elles-mêmes et son usage courant peut être considéré comme une interrogation sur ce qui peut faire encore société dans un monde où la progression de l’individualisme apparaît comme inéluctable. La société des individus est-elle encore une société, et si oui comment ?

Cette interrogation sociologique était celle d’Emile Durkheim et de son neveu Marcel Mauss. Ces deux auteurs ont contribué par leurs travaux à expliquer à la fois le processus de différenciation des individus, les formes de solidarité et le maintien de la cohésion des sociétés modernes. En rééditant les trois premiers livres de Durkheim, De la division du travail social (1893), Les règles de la méthode sociologique et Le suicide (1897) et le célèbre Essai sur le don (1925) de Mauss, les PUF ont souhaité compléter chaque texte d’une longue introduction. Ces textes rédigés par des chercheurs connus - Serge Paugam, François Dubet et Florence Weber - visent à replacer la pensée de l’auteur dans le contexte de l’époque, à rechercher les avancées et les limites de l’argumentation, mais surtout à évaluer la portée des thèses proposées au regard des questions d’aujourd’hui.

Ainsi Serge Paugam se demande si la solidarité organique que Durkheim analysait dans son premier livre constitue toujours un horizon d’action et de réflexion en faveur de l’intégration professionnelle et de la régulation du marché du travail et dans quelle mesure l’interprétation sociologique des types de suicide reste encore valable. François Dubet, de son côté, se penche sur les fondements de la sociologie et s’interroge sur ce qu’il reste des Règles pour comprendre les formes de régulation du lien social dans les sociétés contemporaines. Enfin, Florence Weber analyse la complexité et la diversité des formes de don dans les sociétés modernes et prolonge ainsi la réflexion de Mauss sur la réciprocité de l’échange.

C’est donc dans la perspective analytique d’éclairer la question du lien social que ces textes classiques sont revisités. La force de ces textes est en réalité d’offrir aux lecteurs d’aujourd’hui des clés de compréhension du monde dans lequel ils vivent et de les préparer aux défis de demain.